Hesperaloe funifera

Hesperaloe funifera

Succulentopedia

Hesperaloe funifera - Hesperaloe géant

Hesperaloe funifera (Hesperaloe géant) est une succulente difficile à trouver mais facile à cultiver avec des feuilles épaisses, vertes, non épineuses, en forme d'épée, qui sont mal…


Presque Yuccas - les Hesperaloes et Hesperoyucca

Hesperoyucca et Hesperaloe sont des genres qui comprennent des plantes d'aménagement paysager très utiles, ornementales et rustiques. Cet article sert d'introduction à ces parents Yucca.

Ce sont toutes des plantes qui, de mon point de vue, sont des Yuccas. Mais pour une petite bizarrerie ou bizarrerie dans leurs fleurs, d'autres anatomies ou ADN, n'ont pas réussi à faire la coupe dans la famille Yucca et ont été regroupées dans leurs propres familles. Hesperoyucca est le dernier de ceux-ci, avec ce yucca du sud de la Californie du sud de la Californie qui a été déplacé sans ménagement dans sa propre famille il n'y a pas si longtemps à cause d'une transgression chromosomique. La racine «Hespero» signifie occidental, ce qui décrirait l'emplacement de ces plantes en Amérique du Nord (toutes sur la moitié ouest). Cela signifie aussi le soir, ce qui pour la plupart de ces plantes ne s'applique pas vraiment.

Hesperaloe signifie Western Aloe, qui est un nom étrange car il me ressemble très peu à un aloès, mais ressemble beaucoup à un yucca ou peut-être à un agave (ses deux parents plus proches aussi). Les hespérals sont généralement des plantes mexicaines de la sous-famille des agaves (famille des asperges), bien que plusieurs espèces puissent être trouvées au Texas. Ce qui sépare exactement Hesperaloes des Yuccas n'est pas clair, bien que certaines différences généralisées aient été mentionnées dans la littérature: les racines sont fibreuses et relativement peu profondes, plus comme des Agaves que des Yuccas, les feuilles sont généralement enroulées ou enroulées sur leur longueur et toujours avec des brins fibreux se détachant des bords (comme quelques Yuccas - la plupart ont des feuilles aplaties), ils se propagent par des rhizomes sous terre, comme seuls certains Yuccas et Agaves et leur anatomie florale est quelque peu différente de celle de tous les Yuccas, bien que la manière exacte ne soit pas bien expliquée. Mon observation personnelle, non scientifique et informelle est que les panicules de fleurs d'Hespéralo ressemblent plus à certains Agaves, étant grandes, longues et parfois arquées avec des fleurs relativement petites (petites pour un Yucca au moins) sur une grande partie de leur longueur (une sorte de mélange d'un fleur d'agave avec une fleur de yucca). Toutes ces plantes sont pratiquement sans tige (ou avec des tiges courtes et souterraines) et ont une croissance verticale semblable à une parcelle d'herbe raide et succulente (comme beaucoup de yuccas et certains agaves). Contrairement aux yuccas sans tige, cependant, ceux-ci ont tendance à ne pas avoir toutes les feuilles sortant du sol à partir d'un seul point, mais à partir d'une zone plus large, ce qui leur donne un aspect un peu plus arbustif et moins élégant que la plupart des yuccas sans tige. Aucun n'a de feuilles succulentes comme un aloès ni de fleurs comme un aloès, donc je ne suis toujours pas clair sur l'excuse d'apparence semblable à l'aloès pour ce nom.

gros plans des feuilles et des fleurs d'un Hesperaloe parviflora (photos de Xenomorf)

Yucca endlichiana, une véritable espèce de Yucca, illustrée ci-dessus est une plante d'apparence similaire avec une croissance rhizomique agglomérante (à gauche) et des fleurs petites mais quelque peu dissemblables (à droite) (photo de gauche CactusJordi)

Il existe environ 5 à 7 espèces d'Hesperaloe, selon votre source, mais au moins quatre d'entre elles sont bien connues et cultivées. Hesperaloe parviflora est de loin le plus connu en culture, étant rustique, attrayant, convivial (pas trop dangereux), facilement disponible et assez facile à cultiver. Certains des autres ont récemment fait l'objet d'un examen minutieux en tant que sources de papier très durable, mais ce n'est pas non plus ornemental.

Hesperaloe parviflora, ou Red Yucca, False Yucca, Texas Red Yucca, etc.: Il s'agit d'une espèce plus petite (environ deux pieds de haut) de feuilles agglomérantes, raides et légèrement incurvées, originaire du Texas et du Mexique, mais assez rare au Texas. Il est cependant extrêmement courant dans l'aménagement paysager de nombreuses régions du sud des États-Unis, même sur la côte est, car il a une tolérance élevée au froid et semble bien tolérer un climat quelque peu humide. Il est également très tolérant à la sécheresse et fait très bien comme plante en pot. Il se propage par rhizomes et peut lentement remplir une zone de matière végétale dense. Le meilleur attribut est ses panicules roses voyantes de fleurs qui fleurissent variable près de la moitié de l'année (de février à la mi-été) d'où son nom, Red Yucca. Il n'y a pas d'épines sur cette plante, mais les extrémités des feuilles sont pointues, de sorte que l'on pourrait théoriquement piquer son œil en se penchant pour désherber l'une de ces plantes. Il est intéressant de noter qu'il existe une forme de floraison jaunissante pâle plus rare, bien qu'elle s'appelle toujours Red Yucca. J'ai cultivé cette plante à la fois dans le sol et dans un pot et c'est un bloomer fiable et incroyablement sans entretien. Cependant, ce n'est pas la plante la plus ornementale de la cour (à part ses fleurs). En tant que plante solitaire, elle est quelque peu inintéressante, mais constitue une bonne plante paysagère pour les plantations de masse, en particulier pendant la floraison.

Hesperaloe parvifloras fleurs rouges (à gauche) et fleurs jaunes (à droite)

Hesperaloe parviflora panicule à fleurs immatures, vieilles et ouvertes

Hesperaloe parviflora panicules avec des fleurs (à gauche) et une plus tard, principalement des gousses / fruits (à droite)

Gros plan sur la base des feuilles montrant des poils fibreux et une fleur précoce (à gauche) à droite montre des fleurs jaunes (les deux photos Xenomorf)

Hesperaloe parvifloras dans les paysages (Californie à gauche - photo Kelli) et Arizona à droite (photo shindagger)

Hesperaloe funifera, ou Hesperaloe géant: Comme son nom l'indique, il s'agit d'une plante beaucoup plus grande, mesurant plus de quatre à six pieds de haut. Il a des feuilles vert vif très droites, rigides et enroulées avec les fils fibreux typiques, mais a tendance à rester plus solitaire en apparence que Hesperaloe parviflora. Il est utilisé comme plante d'aménagement paysager d'accent, mais aussi comme source potentielle, commercialement, pour la production de papier. Il est extrêmement tolérant à la chaleur élevée (excellent en Arizona) mais pas à une humidité élevée. Les fleurs sont d'un blanc verdâtre pâle et se produisent en été et en automne. Cette plante ressemble encore plus à un Yucca qu'à Hesperaloe parviflora. Voici un lien vers sa culture et sa croissance en tant que source papier: http://www.ag.arizona.edu/

Hesperaloe funifera à Huntington Gardens, Californie (à gauche) gros plan de tiges de feuilles montrant la fibre, d'une plante en Arizona (photo de droite Xenomorf)

Hesperaloe nocturna ou Night Blooming Hesperaloe (ici le terme Hesper pourrait faire référence à sa période de floraison, le soir): Il s'agit d'une plante relativement vaporeuse ressemblant plus à un gros bouquet indiscipliné d'herbes hautes qu'à une plante de type succulent à distance. Il mesure environ cinq à six pieds de haut avec des feuilles minces et fibreuses qui sont enroulées sur elles-mêmes longitudinalement et se cambrent dans diverses directions. Comme les autres Hesperaloes, il est très tolérant à la sécheresse, au froid et à la chaleur. Il est cultivé comme plante d'accent et plante en pot dans les zones très sèches et chaudes.

Hesperaloe nocturna (photo Xeno morph)

Hesperaloe campanulata ou Bell Flower Hesperaloe: c'est une plante plus petite, de taille similaire à Hesperaloe parviflora, mais plus en forme de Hesperaloe funifera. Il est également originaire du sud du Texas et du nord du Mexique. Cette plante est un peu moins ornementale en ce qu'elle ne fleurit qu'en été et les fleurs sont rose pâle à blanc. Il est également beaucoup moins tolérant au froid (jusqu'à 10 ° F). Les feuilles sont d'un vert pâle et enroulées sur elles-mêmes longitudinalement et comprennent les poils fibreux typiques. Ceci est une autre source possible de papier cultivé.

Hesperaloe campanulata à Fullerton Arborteum, sud de la Californie

Hesperoyucca whipplei ou Lord's Candle, baïonnette espagnole, yucca commun, etc.: c'est peut-être l'une des deux espèces qui n'ont été réintégrées que récemment dans ce genre (grâce aux tests ADN) mais qui pendant de nombreuses années (et est toujours par de nombreuses sociétés) a été incluse dans les Yuccas. Il s'agit d'une plante monocarpique, originaire du sud-ouest des États-Unis et qui ressemble beaucoup à un yucca, y compris l'inflorescence. C'est une espèce frappante et très commune près de ma région du sud de la Californie. Les plantes sont généralement bleu-vert pâle, avec des feuilles très pointues et rigides et une inflorescence massive, presque agave (au début), projetant une panicule rouge et turquoise profonde atteignant environ quinze pieds de haut. Des centaines de graines résultent de sorte que la mort ultérieure de la plante est souvent suivie d'une floraison de semis peu de temps après. C'est une espèce très tolérante à la sécheresse, mais seulement tolérante au froid jusqu'à environ 10 ° F. Hesperoyucca est utilisé pour la production de savon ou de shampooing.

Hesperaloe whipplei (la gauche) Hesperaloe whipplei ssp. eremica (droite)

Hesperoyucca dans le sud de la Californie

Hesperoyucca whipplei montrant une nouvelle tige de fleur colorée

Hesperaloe whipplei floraison et montrant des détails floraux

Hesperoyucca épi de fleur avec gousses (à gauche) Hesperaloe whipplei ssp. eremica dans l'habitat (photo CactusJordi)

Yucca whipplei ssp. eremica fleurs et détails floraux (photo de droite CactusJordi)

Vrai yuccas, Yucca peninsularis avec fleur précoce (à gauche) et Yucca rostrata en fleur (à droite) montrant à quel point certains Yuccas sont similaires à Hesperoyucca whipplei


Domestication de Hesperaloe: Progrès, problèmes et perspectives

Steven P. McLaughlin *

  1. AGRONOMIE
    1. Croissance et production de biomasse
    2. Physiologie
    3. Variation génétique
  2. EFFORTS DE COMMERCIALISATION
  3. CONCLUSIONS
    1. Le progrès
    2. Problèmes
    3. Les perspectives
  4. LES RÉFÉRENCES
  5. Tableau 1
  6. Tableau 2
  7. Tableau 3
  8. Fig. 1
  9. Fig. 2
  10. Fig. 3
  11. Fig. 4
  12. Fig. 5
  13. Fig. 6
Des représentants d'une grande entreprise de pâtes et papiers des États-Unis, la James River Corporation (JRC), ont contacté l'Université de l'Arizona à la fin de 1985 au sujet de la création d'un sisal national (Agave sisalana) industrie. À l'époque, JRC était une grande entreprise diversifiée de pâtes et papiers, le sisal était l'une des matières premières utilisées par leur entreprise de papier de spécialité. Le sisal est une culture de fibres dures tropicales à l'origine domestiquée comme source de fibres de cordage. Lorsqu'ils sont réduits en pâte, les cordages de sisal donnent des fibres longues et minces qui se vendent à un prix élevé dans l'industrie du papier (tableau 1). Le JRC était initialement intéressé par le développement d'une industrie nationale du sisal afin d'obtenir un approvisionnement plus fiable de cette fibre à faible coût.

Les représentants du CCR ont été informés que le sisal ne pouvait pas être cultivé avec succès en Arizona en raison de son manque de tolérance au gel. Des bulbes de sisal obtenus du jardin botanique de Huntington ont été plantés à Tucson à titre de démonstration et ils se sont déliquesced et sont morts immédiatement après que les températures ont chuté pour la première fois à 0 ° C en décembre 1985. Le sisal a été sélectionné pour la domestication parce qu'il faisait de la bonne corde, pas parce qu'il faisait bon papier, mais de nombreux parents du sud-ouest du sisal ont une tolérance au gel et ont été utilisés par les peuples autochtones pour les produits de cordage (McLaughlin et Schuck 1991). Nous avons donc décidé conjointement de cribler divers membres des Agavacées afin de déterminer si l'un (1) possédait des fibres de haute qualité et (2) convenait à la production dans les climats tempérés des États-Unis.

En 1986, des échantillons de feuilles ont été prélevés dans la nature et dans plusieurs jardins botaniques, dont le Desert Botanical Garden à Phoenix, le Huntington Botanical Garden à Saint-Marin, en Californie, et le Boyce-Thompson Southwestern Arboretum à Superior, en Arizona. L'écran comprenait plus de 100 collections de 62 espèces de six genres des Agavacées: Agave, Dasylirion, Furcraea, Hesperaloe, Nolina, et Yucca. (De nombreux systématistes placent aujourd'hui Dasylirion et Nolina dans une famille distincte, les Nolinacées). Tous les échantillons de feuilles ont été envoyés au centre technique Neenah de James River dans le Wisconsin, où ils ont été réduits en pâte et transformés en échantillons de papier dont les propriétés de résistance ont été testées.

Les meilleures perspectives à émerger de l'écran étaient Hesperaloe funifera et Hesperaloe nocturna, à la fois parce qu'ils avaient des caractéristiques de fibres supérieures et parce qu'ils avaient des caractéristiques agronomiques favorables (McLaughlin 1993). Les résultats de cette étude de dépistage n'ont jamais été publiés. En fait, le CCR a toujours découragé toute divulgation de leur participation à la recherche et au développement de Hesperaloe. Les populations de plusieurs espèces ont par la suite été rééchantillonnées et la longueur des fibres, la largeur des fibres et les dimensions des parois cellulaires ont été déterminées à l'Université de l'Arizona (McLaughlin et Schuck 1991). Fibres des deux Hesperaloe les espèces étaient plus longues et plus minces que celles de toutes les autres espèces examinées. En effet, le rapport longueur-largeur des fibres de Hesperaloe funifera est supérieure à celle de la plupart des autres fibres papetières et comparable à celle de l'abaca (Musa textilis), la fibre de papier de première qualité (tableau 2).

Sur la base des résultats de l’écran de 1986, le JRC et l’Université d’Arizona ont sélectionné Hesperaloe funifera et H. nocturna pour plus de recherche et développement. Le JRC a travaillé sur la pâte, la fabrication du papier et le développement de produits tandis que l'Université de l'Arizona a travaillé sur divers aspects de l'agronomie et de la biologie des plantes. Bien que les deux Hesperaloe espèces n'étaient pas communes dans la nature, nous avons obtenu suffisamment de graines de H. funifera entreprendre des études de production de biomasse à long terme en 1988, mais des études similaires n'ont pas pu démarrer avec H. nocturna jusqu'en 1990.


AGRONOMIE

Croissance et production de biomasse

Production de biomasse pour Hesperaloe funifera a été étudié sur six parcelles de 300 m 2 pendant sept ans. Les parcelles ont été établies à trois densités et ont été suivies par échantillonnage aléatoire des plantes à l'intérieur des parcelles à la fin de chaque saison de croissance (McLaughlin 1995). Les parcelles à la densité la plus élevée (27 000 ha -1) ont produit un rendement de 192 t FW ha -1 après cinq ans (Fig. 2). Très peu de croissance aérienne a été observée au cours de la première année. Les parcelles récoltées à la fin de l'année 5 ont regagné lentement au cours de l'année 6, les taux de croissance de l'année 7 étaient comparables à ceux observés l'année 5 avant la récolte.

La relation entre la densité des peuplements et la biomasse des plantes individuelles est présentée à la figure 3. Il y avait peu de preuves de concurrence entre Hesperaloe funifera plantes dans ces parcelles au cours de leurs trois premières années, c'est-à-dire qu'il n'y avait pas de relation discernable entre la densité du peuplement et la taille moyenne des plantes. Cependant, les effets de l'encombrement étaient évidents dans les années 4 et 5 après la floraison des plantes et la production de leur premier groupe de rosettes latérales. La densité la plus élevée utilisée dans cette étude a été obtenue en utilisant un espacement des rangs de 61 cm. Les producteurs de coton de l'Arizona utilisent le plus souvent des rangs de 102 cm. Hesperaloe plantés sur des centres de 46 cm dans des rangs de 102 cm correspondraient à une densité d'environ 21 000 plants ha -1. D'après la figure 3, on peut estimer qu'un peuplement de 21 000 plants ha -1 devrait avoir une taille moyenne de plant de 8,5 kg FW plant -1 et une culture sur pied à la première récolte de 180 t FW ha -1.

Le cycle de culture pour Hesperaloe n'est toujours pas clair. Les rendements de la biomasse peuvent être optimisés en retardant la récolte initiale jusqu'à la fin de l'année 5. Il semble maintenant que la première récolte aurait lieu à l'année 8, et non à l'année 7 comme suggéré précédemment (McLaughlin 1995). Une deuxième récolte pourrait être réalisée à l'année 10 (Fig. 4). Les plantes devraient repousser plus rapidement après la deuxième coupe à l'année 7 qu'après la première coupe à l'année 5 car elles auront plus de méristèmes (rosettes) à partir desquelles les feuilles pourront être produites.

Physiologie

Ravetta (1994) a constaté que les taux de photosynthèse H. funifera étaient les plus élevés pendant les mois d'automne. Les taux élevés de photosynthèse à l'automne correspondent aux taux de croissance quotidiens élevés observés à l'automne (figure 1). Les angles solaires et les températures nocturnes sont plus faibles à l'automne que pendant les mois d'été, ce qui peut favoriser les taux de photosynthèse plus élevés. Il peut également y avoir une capacité de puits améliorée à l'automne lorsque les rosettes latérales qui ont émergé pendant l'été se développent à un rythme rapide.

L'importance agronomique de la CAM est un WUE élevé, et nos premiers essais de production de biomasse ont confirmé que le WUE physiologique élevé de Hesperaloe funifera s'est effectivement traduit par de faibles besoins en eau (McLaughlin 1995 tableau 3). L'efficacité de l'utilisation de l'eau était très faible pendant la première année d'établissement du peuplement à partir des transplantations et très élevée pendant la cinquième année (0,29 à 0,44 t DW cm -1). À titre de comparaison avec les valeurs WUE indiquées dans le tableau 3, la luzerne cultivée en Arizona a une WUE d'environ 0,09 t DW cm -1. Moyennée sur 5 ans, y compris l'année 1 lorsque la culture utilise toutes les ressources de manière inefficace, WUE en H. funifera est environ le double de celle des cultures C3. On s'attend à ce que les peuplements en repousse aient une WUE plus élevée que les peuplements nouvellement établis.

Variation génétique


Voir la vidéo: Red Yucca Plants +Sexy Red Flowers+Hesperaloe parviflora+